Seiji OZAWA, chefs d'orchestres

CONTACT

Vony Sarfati

Seiji OZAWA

PIAS MANAGEMENT FRANCE

BIOGRAPHIE BIOGRAPHIE

Né en Chine de parents japonais, Seiji Ozawa étudie à l'Ecole de Musique de Toho à Tokyo avec le professeur Hideo Saito. En 1959, il remporte le premier prix du Concours International de Direction d'Orchestre de Besançon. Charles Munch, alors Directeur Musical de l'Orchestre Symphonique de Boston, l'invite à Tanglewood. Il remporte en 1960 le prix Koussevitzky du Tanglewood Music Center qui honore le meilleur élève en direction.

Assistant de Herbert von Karajan à Berlin, Leonard Bernstein l'engage comme assistant de l'Orchestre Philharmonique de New York lors d'une tournée au Japon en 1961. Il donne son premier concert en janvier 1962 en Amérique du Nord avec l'Orchestre Symphonique de San Francisco. De 1964 à 1969, il est directeur musical du Festival de Ravinia, résidence d'été de l'Orchestre Symphonique de Chicago, puis directeur musical de l'Orchestre Symphonique de Toronto de 1965 à 1969, et de l'Orchestre Symphonique de San Francisco de 1970 à 1976.

Seiji Ozawa dirige l'Orchestre Symphonique de Boston pour la première fois en 1964 à Tanglewood et en 1968 au Symphony Hall de Boston. En 1973, il est nommé directeur musical de l'orchestre qu'il ne quitte qu'en 2002 après 29 ans de fidélité, pour le poste de directeur musical de l'Opéra de Vienne. Il est par ailleurs conseiller musical du New Japan Philharmonic et travaille une fois par an avec le Mito Chamber Orchestra avec lequel il effectue une tournée européenne en Juin 2008 . Seiji Ozawa est aussi régulièrement avec le Philharmonique de Berlin. avec lequel il a effectué cette saison une tournée européenne avec Anne Sophie Mutter pour le centenaire de Herbert von Karajan.
 
C'est en 1984, qu'il crée à la suite d'une série de concerts organisés à la mémoire de son professeur, l'Orchestre Saito Kinen constitué des musiciens issus de l'enseignement de Hideo Saito. Particulièrement attaché à cet orchestre, Seiji Ozawa le réunit deux semaines chaque année lors du Festival Saito Kinen créé en 1992 à Matsumoto au Japon. Chaque automne des représentations d'opéras, de concerts symphoniques et de musiques de chambres y sont présentées interprétées par les musiciens de l'Orchestre du Saito Kinen et des artistes invités de réputation internationale.

Très préoccupé par l’éducation musicale des jeunes artistes, l’an 2000 marque au japon le début du projet de Seiji Ozawa  "Ongaku-juku Opera" (« La Chauve-Souris » de Johann Strauss sera présentée en juillet 2008) et en 2004 sur les bords du Lac Léman en Suisse « l’International Music Academy- Switzerland » dédié aux jeunes musiciens de musique de chambre. Le 1 juillet 2009 au Théâtre des Champs-Elysées, événement exceptionnel, Maestro Ozawa présentera pour la première fois en dehors de la Suisse l’édition 2009 de l’Académie .

Sa relation avec la France reste très privilégiée. Seiji Ozawa a dirigé plusieurs productions à l'Opéra de Paris dont Tannhauser de Wagner mis en scène par Robert Carsen.
Après « Shadows of Time » en 1997 avec l’Orchestre Symphonique de Boston, Seiji Ozawa présente en première mondiale en septembre 2007 au Festival Saito Kinen à Matsumoto « Le Temps, L’Horloge » dernière œuvre orchestrale de Henri Dutilleux avec Renée Flemming et L’Orchestre de Saito Kinen qu’il présentera au Théâtre des Champs-Élysées le 7 mai 2009 avec L’orchestre National de France et Renée Fleming.
Les activités de Seiji Ozawa lui ont fait gagner l'estime de la France, il est nommé Officier de la Légion d'Honneur en 1998 et Membre de l'Académie des Beaux Arts et de l'Institut de France en octobre 2001. Il est également Docteur Honoris Causa de l'Université de la Sorbonne (2004).

Parmi son importante discographie, on peut noter l'intégrale des symphonies de Mahler avec l'Orchestre Symphonique de Boston et l'intégrale des symphonies de Brahms (Philips) ainsi que les symphonies de Beethoven et Schubert avec l'Orchestre Saito Kinen chez Philips Classics. Chez Deutsche Grammophon les concertos pour piano de Rachmaninov avec Krystian Zimerman.