Vadim REPIN, violon
© Harald Hoffmann

CONTACT

Vony Sarfati
Marina Bower

SITE WEB

www.vadimrepin.com

VIDÉO

PACKAGES PHOTOS

Téléchargement
© Gela Megrelidze
© Gela Megrelidze

Vadim REPIN

PIAS MANAGEMENT FRANCE

BIOGRAPHIE BIOGRAPHIE

Virtuosité, expressivité, variété de timbres et technique magistrale sont les atouts d’un artiste hors du commun.

Né à Novossibirsk en 1971, Vadim Repin  étudie le violon avec Zakhar Bron. A onze ans il obtient le premier prix du Concours Wieniawski, à quatorze ans il fait ses débuts à Tokyo, Munich, Berlin, Helsinki et à quinze ans à New York à Carnegie Hall.

À seize ans il remporte le Concours Tibor Varga. À dix-sept ans il est le plus jeune violoniste à décrocher le premier prix du très exigeant Concours Reine Elisabeth en Belgique.

En 2010, Vadim Repin reçoit une Victoire d’honneur aux Victoires de la Musique et est nommé Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres.

Yehudi Menuhin dira de lui : « Vadim Repin est le meilleur et le plus parfait des violonistes. »

Vadim Repin se produit sur les plus grandes scènes en Europe, aux Etats Unis, en Russie et au Japon ; avec les Orchestres Philharmoniques de Londres, Los Angeles, Saint-Pétersbourg, New York, Radio France, Israël ; les Orchestres Symphoniques de Toronto, Chicago, Moscou, San Francisco, Londres ; l’Orchestre de Paris et le Concertgebouw d’Amsterdam; sous la direction de Charles Dutoit, Riccardo Chailly, Yuri Temirkanov, James Judd, Valery Gergiev, Evgeny Svetlanov, Vladimir Jurowski et Yehudi Menuhin…

Il a pour partenaire de musique de chambre Martha Argerich, Yuri Bashmet, Mischa Maïsky, Andrei Korobeinikov, Itamar Golan, Boris Berezovsky et Mikhail Pletnev.

En 2014, Vadim Repin a été nommé Directeur artistique du festival Trans-Sibérien des Arts à Novosibirsk, où il a commandé et créé les concertos pour violon de Lera Auerbach. Avec Benjamin Yussupov, il a conçut l’œuvre Voices of violin aux côtés de la danseuse étoile Svetlana Zakharova. Fort de son succès, le spectacle tourne par la suite en Corée, au Japon et en Russie. Vadim Repin a, en outre, créé à Londres le Concerto pour violon de James MacMillan qui lui est dédié et Aphrodite Raickopoulou  musique pour le film muet Love avec Greta Garbo.

Il a enregistré chez Erato les concertos de Tchaïkovsky avec l’Orchestre Symphonique de Londres sous la direction d’Emmanuel Krivine ; chez Warner Classics les concertos de Chostakovitch, Prokofiev et Tchaïkovsky avec l’Orchestre du Gewandhaus de Leipzig; chez Deutsche Grammophon les concertos de Beethoven, Brahms concerto pour violon et double concerto avec Truls Mørk et l’Orchestre du Gewandhaus de Leipzig ; les Trios de Tchaïkovski et Rachmaninov avec Mischa Maïsky et Lang Lang (Prix Echo Classic) ainsi que Grieg, Janácek et César Franck avec Nikolaï Lugansky (BBC Music Awards, 2011).

En 2014 Claudia Willke a réalisé un documentaire Vadim Repin, magicien du son diffusé sur Arte.

Vadim Repin est professeur honoraire du Conservatoire central de Pékin depuis 2014 et du Conservatoire de Shanghai depuis 2015.

Il joue le violon Stradivarius Rode fait à Crémone en 1733.

En 2016/2017, il est en récital à Montréal, Naples (USA), Helsinki, Bologne et Bratislava. En musique de chambre, il joue avec Vladimir Ashkenazy à la Royal Academy of Arts de Londres et effectue une tournée au Japon au Festival de Marta Argerich où il se produit aux côtés de la pianiste.

En 2017/2018, Vadim Repin sera de retour en France, à Paris avec l’Orchestre Philharmonique de Radio France et Mikko Franck, à Monte-Carlo avec l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo ainsi qu’à Toulouse et à la Philharmonie de Paris avec l’Orchestre du Capitole de Toulouse sous la direction du Tugan Sokhiev. Il sera en outre en récital avec Andreï Korobeinikov à Aix-en-Provence, Amiens et Metz.

La presse en parle :
Ce n’était pas une cadence mécanique mais, au contraire, une approche personnelle énergique rythmée par les "sforzandi" qui nous a laissée sans voix, alors que Vadim Repin semblait détendu. Plus qu’un tour de force, il s’agissait d’une démonstration au sommet de l’art de jouer du violon.
The New York Times